gang_des_lyonnais - Petit Paumé

Top 4 plus grands truands lyonnais

Histoire de Lyon

le 23/07/2019

Plongez avec nous dans les années noires lyonnaises ! 

  • Pierre Rémond

     

     

    Surnommé Nonoeil, Pierre Rémond est le truand de l’époque. Il dirige plusieurs gangs. Craint par le reste du milieu, il est probablement responsable des nombreux hold-up qui font la une des journaux de l’époque. Paris, Lyon, Marseille, il aurait pu frapper partout. Il est abattu le 2 décembre 1969 par la police au café de la Mairie dans le quartier d’Ainay.

     

     

    La bande du Gros Caillou

     

    Quatre braqueurs rôdent dans les années 60 avec à leur tête Guy Renaud, paraît-il très beau. Adeptes des braquages pacifiques mais efficaces, ils sont rarement inquiétés. Les bandits prennent un malin plaisir à semer les policiers par les traboules. En 1968, ils réussissent un coup des plus osés : ils frappent les convoyeurs de fonds devant la banque Veuve-Morin-Pons. Bilan du casse : plus de 300.000 francs dérobés. Renaud sera inculpé en 1976 après un meurtre qui lui vaudra le titre de “roi de la gâchette”

     

     

    guy reynaud

     

     

     

    Le Gang des Lyonnais

     

    Spécialistes du vol à main armée, ils séviront entre 1967 et 1977. Fondé par un ancien de la bande du Gros Caillou, la figure emblématique en reste Edmond Vidal, surnommé « Momon ». Ils ne sont que 13. Mais certains resteront dans notre mémoire de Lyonnais : Pierre Pourat « Le Docteur », Nicolas Caclamanos « Nick le Grec » et Joanny Chevel : « Le Gros Jeannot ». Le gang serait à l’origine de plusieurs meurtres. Mais ils sont notamment connus pour le butin qu'ils ont amassé. Ils auraient commis plus de 30 braquages en 4 ans.

     

    En 1970, ils dérobent 2 millions de francs à Lyon, en 1971, 11 millions de francs : c’est le casse du siècle

     

    Ce n’est qu’en 1974 qu’une opération, mobilisant plus de 100 policiers, permettra de démanteler le gang.

     

     

    gang des lyonnais

     

     

     

    Jean Augé

     

    Le « P’tit Jeannot », en référence à ses 1.62 mètres est le parrain lyonnais. Il a dominé la pègre des années 60. Il a baigné dans le proxénétisme, les jeux d’argent, les trafics d’armes et de drogues et les braquages. Fervent adepte de la torture pendant la guerre d’Algérie, il était surnommé « Jeannot La cuillère », instrument qu’il utilisait pour ôter les yeux de ses victimes.

     

    À Paris, il a côtoyé le « clan Zemmour » et « Les blouses grises ». Il mourra en 1973 au Sporting Club de Lyon-Plage criblé de 11 balles par le Gang des lyonnais.

     

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis Top 4 plus grands truands lyonnais

0 commentaire

Ecrire un commentaire