dsc_0819_0 - Petit Paumé

Saga #2 : Connaissez-vous bien Lyon ?

Lyon cette semaine

le 11/03/2015

EDITO:


Lyon est chauvine. Allons, ne soyez pas surpris, il vous suffit d’écouter les Lyonnais parler de leur ville pour s’en rendre compte : sans cesse en train de piailler sur ses mérites, ils vous racontent mille et une anecdotes pour vous convaincre que Lyon est supérieure à n’importe quelle ville de France (et même du monde !), et ce sur tous les plans.


Mais ce qu’on ne vous dit pas, c’est que derrière cette fierté lyonnaise se cache une honte toute aussi grande. Je parle de ceux qui passent tous les matins devant la fontaine des Terreaux et qui ignorent encore le nom de son créateur. De ceux qui se demandent toujours pourquoi une tour Eiffel est plantée à côté de la basilique de Fourvière, et d’où le parc de la Tête d’Or peut-il bien tirer son nom. Il est bien sûr trop tard pour demander des réponses à votre famille, vos amis et collègues, qui vous considéreraient immédiatement comme un paria. En réalité, ils sont sans doute dans le même cas que vous et le cachent tout aussi bien. Maintenant que la vérité est rétablie, il est temps pour vous de sortir de votre ignorance !


Après avoir visité les curiosités lyonnaises (si vous les avez ratées, c’est ici), cette nouvelle saga vous fera découvrir (ou redécouvrir pour les plus aguerris d’entre vous) les lieux emblématiques de Lyon, les secrets et anecdotes de chaque quartier, et ce dans le but de nous rendre enfin dignes de notre attribut de « chauvins ». Car après tout, Lyon n’est-elle pas la plus belle ville de France ?


Confluence

 

La capitale des Gaules commence sans aucun doute sur la colline de Fourvière, mais soyons réalistes, pour nous autres, c’est le plus souvent Gare Perrache. Comme tout bon Lyonnais qui sait se repérer dans la fameuse gare, vous prenez évidement la mauvaise sortie et vous vous retrouvez face à Confluence. Ce quartier autrefois dédié aux activités industrielles et portuaires, Barrisé depuis les années 90 pour laisser place aux bureaux et aux bobos, saura vous surprendre. Entre son musée controversé et son centre commercial ouvert, entre les camionnettes éclairées à la bougie et les cadenas accrochés sur la passerelle des quais Riboud, entre ses immeubles durables et ses restaurants, ses bars et ses boîtes branchées sans oublier ses balades au bord de l’eau, l’ « Au-delà des voûtes » est rempli de charmes insoupçonnés.

Mais le temps presse, il faut revenir de l’autre côté.


Place Carnot

 

Après vous être perdu une nouvelle fois dans le labyrinthe de Perrache, vous voici place Carnot. Non pas en l’honneur de Sadi Carnot, contrairement à ce que l’on croit souvent, mais de son grand-père Lazare Carnot, entre autre mathématicien, général et homme politique. La statue érigée sur la place ne représente d’ailleurs ni l’un ni l’autre, puisqu’il s’agit de la statue de la République. A ne pas confondre avec la rue de la République. Sur laquelle il existe une dalle rouge parmi les pavés gris, qui marque le lieu où Sadi Carnot fut assassiné en 1894 par un anarchiste Italien. Vous suivez ?


Place Bellecour

 

Direction Bellecour : pour changer de la traditionnelle rue Victor Hugo, faisons un petit détour rue de la Charité. Et surtout, prenez votre temps pour profiter de ses richesses. Pourquoi ne pas aller manger un bout, admirer le Musée des Arts et des Tissus et finir par une tasse de thé en terrasse ? Vous voici à présent sur la fameuse place Bellecour, plus grand place piétonne d’Europe qui était auparavant… un marécage. D’où son premier nom, le pré de Belle-court, en référence à la vigne Bella Curtis qui y avait été plantée puis abandonnée. C’est en 1708 que Louis XIV la nomme place Louis-le-grand et y érige sa statue de bronze au centre. Qui n’est pas celle que vous voyez aujourd’hui, puisqu’elle a été détruite par les révolutionnaires pour en faire des canons. La nouvelle a été sculptée par Lemot : la légende urbaine raconte qu’il se serait suicidé en constatant qu’il avait oublié de sculpter les étriers. D’autres, plus terre à terre, nous diront qu’il est simplement représenté en cavalier romain, à cru, sans selle ni étriers. Successivement place de la Fédération, place de l’Egalité, place Bonaparte et place Maréchal-Pétain, elle retrouve son nom originel après la Libération, pour être la place que l’on connaît aujourd’hui.

Cette lecture vous a ouvert l’appétit ? Vous avez bien un court instant pour aller dévorer un bon livre !

 

Et vous, quelle est votre version de l’histoire ? Partagez vos anecdotes en commentaire !

Vous n’avez pas lu la première saga ? C’est par ici ! 

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis Saga #2 : Connaissez-vous bien Lyon ?

0 commentaire

Ecrire un commentaire