ns-_fiesta - Petit Paumé

Lyon sacrée ville nocturne 2015

Que faire à Lyon ?

le 25/11/2015

Le résultat vient de tomber, Lyon a été sacrée cette semaine "Ville nocturne de France 2015". Alors, si vous ne comprenez pas pourquoi, il est temps de se réveiller et de planifier rapidement vos prochains week-end ! Après avoir invité vos amis à faire la tournée des bars pour vous motiver mutuellement, préparez-vous à rejoindre les clubbers de la night dans une des boîtes RPPP de l'année. 

Nous, on a testé et approuvé, et vous ?

  • RPPP 2010 à 2016 - Critique 2016 : 

    Bienvenue dans le temple du hard-partying. Au Titan, pas de petites soirées, les grands moyens sont déployés pour enflammer les monts d'Or. Petits tops moulants et talons hauts, les tigresses de la teuf se déchaînent dans la cage, les soiffards profitent de l'immense bar et les dragueurs sont à l'œuvre sur la terrasse absolument dingue. Le Titan vous promet une soirée riche en émotions sur un son de qualité. Néanmoins, mieux vaut garder sa langue dans sa poche, les clubbers ont le sang chaud. 

     

  • RPPP 2016 - Critique 2016 : 

    « So, Saturday night, the big night, date night, Saturday night, Sa-tur-day night ! » Une seule destination pour les Lyonnais branchés : l'Ultra. À l'étroit dans ma robe moulante et perchée sur mes talons, je sirote le premier verre d'une longue série sur une banquette confortable avant de me diriger vers le dancefloor. Rythmes endiablés, ambiance délurée : on vient bien ici pour danser. Tout le monde se connaît, se retrouve... ou se découvre. Un conseil ? Restez-y jusqu'au petit matin.

  • RPPP 2015 & 2016 - Critique 2016 :

    Le soir s'approche ça se prépare. Ça boit à balle comme si c'était normal. Les gars veulent serrer des meufs, les meufs recalent des gars. C'est ça toute la night. Les soirées d'samedi soir. Quelques fois j’me dis « whaou ». Pour quelques billets d'cent, ça part en rythmes dansants. Et c'est souvent sur un bête de son, que souvent dans la te-boî y'a un bon DJ résident. J'ai vu des guests passer aux platines. La semaine prochaine c’est huge party. C’est sûr gros j’reviendrai c’est promis.

  • RPPP 2011 - 2012 - 2013 & 2016  - Critique 2016: 

    J’aime pas les boîtes. Danser pour danser, entouré de personnes analysant les moindres détails de mon nouveau pas endiablé, ça me dérange. Mais il est arrivé ce qui devait arriver : l’Imprévu. Dans un cadre chic, cerné par des trentenaires (et un peu plus), je me meus sur la piste, de la musique commerciale plein les oreilles. On est tranquilles avec mes copains, on vit nos vies dans notre bulle, on danse jusqu’au petit matin. J’aime l’Imprévu.

     

  • RPPP 2015 & 2016 - Critique 2016: 

    Aller à la Maison Mère c’est se confronter à la dualité du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde. En semaine on s’y sent à l’aise, sur la piste de danse ou installé dans de confortables canapés. Le weekend, l’endroit nous révèle une autre de ses facettes : passée une certaine heure, la queue à l’entrée en découragera plus d’un. Mais les tournées de Mamajito, un boogie endiablé et l’affabilité des barmans sont de précieux remèdes. Hyde ne prendra définitivement pas le dessus sur Jekyll ce soir.

  • RPPP 2010, 2013 & 2016 - Critique 2016 : 

    Je ne vous parlerai pas des affiches staliniennes, des films russes diffusés sur de petits écrans ni de la collection de vodkas. Le KGB dépasse la Sainte Russie. L'entrée est une immense terrasse très chic et l'intérieur, tamisé, digne d'un vieux James Bond. Une multitude de petits salons se succèdent ornés de bois et tapis au sol, sièges lounge en cuir et belle bibliothèque. Dans ce décor théâtral, on se plaît à danser sur des musiques venues du bloc de l'Ouest. Ça vous réchaufferait une guerre froide !

     

  • RPPP 2015 & 2016 - Critique 2016: 

    Un îlot de paix pour les femmes de Lyon. Les tubes résonnent, le dancefloor ne désemplit pas. Les shooters spéciaux ont désinhibé les possibles timides et endiablé les téméraires. Les têtes à cheveux longs ou garçonnes dodelinent, les salopettes ou les jupettes épousent les déhanchés. Les mâles affamés par ce refuge de beautés resteront à l'entrée, alors que mes copines, hétéro ou homosexuelles, seront chaleureusement accueillies. Ce soir, girls run the world.

     

  • RPPP 2015 & 2016 - Critique 2016 : 

    « Rue déserte, dernière cigarette, faut que la nuit bouge. Juste un verre car oui je dois boire un coup de rouge. J’ai besoin d’exprimer ma joie, j’veux pas dormir. Je cherche un peu de chaleur et à chanter en chœur : elles m’entraînent au bout de la nuit, les chansons de Philippe, ils m’entraînent jusqu’à l’insomnie, Charles et sa bande d’amis. » Pas à un massacre vocal près, je n’hésite pas à réveiller le démon de minuit qui sommeille en moi et ainsi profiter de ce superbe concept de boîte karaoké !

  • RPPP 2013 & 2016 - Critique 2016: 

    Hier soir, j’ai vécu une aventure des plus surprenantes. Nous avions décidé de sortir pour oublier notre dure semaine. Mais comment rejoindre notre lieu d’évasion ? Telle K 2000, une Mercedes noire sort des ténèbres. Au volant ce n'est pas Michael Knight mais Philippe. Nous rentrons et la voiture part à vive allure. Nous voilà d’ores et déjà dans l’ambiance : musique à fond, lumières et humour dans une voiture tout confort. Je crois que j’ai voyagé dans un Objet Roulant Non Identifié.

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis Lyon sacrée ville nocturne 2015

0 commentaire

Ecrire un commentaire