aretes-poisson-lyon-secret - Petit Paumé

Nouveau rebondissement dans l'affaire des arêtes de poisson

Histoire de Lyon

le 11/07/2018

Dans un article précédent, nous confrontions différents points de vue sur l'origine des arêtes de poisson et leur utilité : caverne pour le Graal, abri de munitions militaires, et souterrain pour conserver la monnaie créée par les Romains. Nous avons fait une nouvelle découverte cette semaine en nous rendant aux Archives de Lyon. 

 

  

  • Découvertes en 1959 lors de travaux d'aménagements rue des Fantasques, le réseau des arêtes de poisson est découvert. Cette même année, quatre à cinq mètres cubes d'ossements disparaissent sans que l'on sache où ils ont été déplacés. Trente ans plus tard, la Mairie de Lyon décide fermer le lieu au public ou plutôt de le sceller. Depuis, la ville s'est toujours refusée à les faire ouvrir et Jean-Dominique Durand, adjoint au maire de Lyon chargé du patrimoine s'y oppose toujours. Si quelques malins ont pu y accéder, il devient de plus en plus dur d'y pénétrer. Malgré des vélléités visant à déterminer ses origines et son utilisation, aucune réponse faisant consensus n'a été apportée. Car ce qui est étonnant avec les arêtes de poisson, c'est qu'elles semblent n'avoir jamais servi. Nous avons cependant déniché une nouvelle hypothèse en fouillant les documents des Archives de Lyon. La voici :


  • En pleines Guerres de religion, le roi Charles IX décide la construction d'une citadelle à Lyon en 1564 à la demande de sa mère Catherine de Médicis. Bien que Lyon dispose déjà du château de Pierre Scize, cette forteresse doit servir en cas d'attaque des protestants, notamment pour que le roi puisse s'y replier et s'y réfugier. Le roi impose donc la construction de la citadelle Saint-Sébastien à Lyon.

     


  • En 1565, la forteresse est construite et accueille une garnison de 400 hommes. Néanmoins, cette citadelle est l'objet de l'attention des Lyonnais. Les habitants de la ville se sentent de plus en plus surveiller par le pouvoir royal et cette forteresse vient les conforter dans cette opinion. Le seigneur qui s'y installe en 1585 est rapidement arrêté et la citadelle est prise par les partisans lyonnais qui demandent la démolition de la citadelle. Le roi Henri III accepte contre un dédomagement de 400 000 écus. La forteresse n'est donc plus visible aujourd'hui.


  • Les arêtes de poisson qui sont très proches du lieu de la construction de la citadelle pourrait donc bien être reliées à celle-ci surtout dans un contexte d'inquiétude et de méfiance liées aux Guerres de religion. On peut en tout cas imaginer que ces réseaux aient été utilisés à l'époque pour se protéger d'une attaque. Alors pourquoi a-t-on retrouvé des amphores datant de l'époque romaine dans ses arêtes ? Des hypothèses avancent que lors des travaux d'aménagement de la Croix-Rousse au XVIIIe, la ville aurait pu trouver des vestiges de l'époque romaine et notamment du sanctuaire des Trois Gaules et s'en serait débarrassé dans ces conduits qui étaient connus à l'époque avant qu'on les oublie avec la Révolution.

    Est-ce un hasard que la citadelle et les arêtes se trouvent quasiment au même endroit ? Le roi Charles IX ou Catherine de Médicis étaient-ils au courant de quelque chose au sujet des arêtes pour y faire construire une citadelle ?

    Nous disposons aujourd'hui d'une autre clé de lecture mais toujours pas de certitude.

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis Nouveau rebondissement dans l'affaire des arêtes de poisson

0 commentaire

Ecrire un commentaire