lart-de-la-pompe-couverture - Petit Paumé

L’art de la Pompe – le cordonnier traditionnel des temps modernes

Vivre et sortir avec le Petit Paumé

le 07/02/2019

On vous dit « cordonnier », vous pensez à cette petite boutique pas très éclairée et relativement bordélique. Qui plus est, tenue par un homme ou une femme d’un âge que l’on qualifierait de « sage », pour ne pas dire avancé. N’est-ce pas ? Eh bien, prenez l’exact opposé de cette vision et vous obtenez cette boutique du 6e arrondissement de Lyon, pas tout à fait comme les autres. Laissez-nous vous en dire plus.

  • L’art de la Pompe – le cordonnier traditionnel des temps modernes

    Comme toutes les histoires, celle-ci se construit autour d’un personnage : David Cantera. Ancien patron du Modern Art Café et après des années dans l’univers de la nuit, ce touche-à-tout a fait une rencontre. Celle de son cordonnier. Une rencontre amicale qui a amené notre homme à s’intéresser au métier. Métier qui devint vite une passion. Formé comme un cordonnier traditionnel, David se lance et ouvre sa propre boutique, où il customise baskets et sneakers.

     





     

    « Des cordonniers, il y en a plein des très bien » me direz-vous. Certes. La différence, ou plutôt les différences, on vous les donne en mille :

    - La boutique : spacieuse, lumineuse, décorée, pleine d’idées. Sur les murs, de l’art contemporain, des références aux années 80, 90. On dirait un musée de la pop, on ne sait plus où donner de la tête et on sent bien que chaque objet a sa place et sa petite histoire.
     


     

    - L’expertise : David est un cordonnier traditionnel. Il y tient. Mais il s’occupe aussi des patines en vrai spécialiste du cuir. Au-delà des chaussures en cuir, il peut ainsi redonner un coup de jeune à un sac en cuir ayant un peu vécu par exemple
     


     

    Et ce qui rend « L’art de la Pompe » unique, c’est sa capacité à donner une seconde vie, voire une tout autre vie à vos baskets et sneakers. Depuis 15 mois, David réalise de véritables petits chefs-d’œuvre sur des paires que l’on peinerait presque à reconnaitre.