dure_vie_des_testeurs - Petit Paumé

La dure vie des testeurs du Petit Paumé - Quelques anecdotes

Vivre et sortir avec le Petit Paumé

le 19/09/2016

Après avoir fait 1261 tests et plus de 1800 rendez-vous avec des patrons d’établissements lyonnais pour vous concocter la 48ème édition du guide, qui sortira à Bellecour le 8 octobre prochain, on a voulu vous faire part de quelques faits marquants.

  • Les tests : pour vous dénicher des perles, on y a laissé nos tripes

    Des very bad tripes

    « Ils ont de la chance ces petits jeunes, d'aller au restaurant plusieurs fois par semaine, c’est vraiment la belle vie », pourrait nous sermonner Josiane, spécialiste en lieux communs. Eh ben figurez-vous que Josiane se trompe (en partie) !

    Sachez qu’avant de vous fournir les meilleurs bons plans de Lyon et de vous sélectionner le meilleur, sous forme de tops notamment, nous testons aussi des catastrophes. Et dans les restaurants catastrophes, nous ne testons pas que la catastrophe « plat », mais bien la catastrophe « entrée-plat-dessert-boisson », afin d’avoir une vue d’ensemble.

    C’est ainsi qu’après avoir testé un restaurant du 7ème, aussi lourd que gras, et en quantité aussi grosse qu’en qualité mauvaise, un Petit Paumé s’est vu obligé de restituer sous forme « revisitée » l’intégralité de son repas dans la rue adjacente à l’établissement. (En d’autres termes il a tout vomi). Pauvre homme !
     

    De bonnes tripes

    « S’il a vomi c’est qu’il n’a pas aimé », nous dirait Josiane. Un bon point pour elle, mais qu’elle sache que ce n’est pas toujours vrai ! Un de nos testeurs avait tellement bien mangé et en si grosse quantité qu’il n’avait plus faim. Il est donc allé se faire vomir en toute discrétion pour pouvoir continuer à apprécier ce qu'on lui proposait. Grand chef ! Bon, un poil dégueu quand même.
     

    Des tripes bien lyonnaises

    En parlant de tripes, vous savez bien que notre chère ville est la spécialiste pour les cuisiner et les sublimer, notamment dans nos traditionnels bouchons. Problème : un testeur en a trouvé un tellement mauvais qu’il ne pouvait pas manger le plat proposé.

    Politesse oblige, il a décidé de mettre l’intégralité de son « tablier de sapeur » dans la serviette la plus proche, puis dans sa poche pour le jeter ensuite. Notre homme ne pouvait vraiment pas terminer cette insulte faite à la gastronomie lyonnaise. La réaction du gérant en voyant les assiettes vides ? « Je ne vous demande pas si ça s’est bien passé », dans un petit sourire satisfait.

  • Les rendez-vous démarchage : différentes techniques de négociation

    Afin de financer l’association et de nous permettre de vous distribuer le guide du Petit Paumé gratuitement chaque année, nous avons recours (en partie) à de la publicité. Par soucis d’indépendance, les testeurs ne sont jamais les mêmes personnes que ceux qui démarchent les établissements.

    Pas facile tous les jours

    Vous savez que nous référençons également les spécialités étrangères. Il s’avère que certains tenanciers de ces établissements ne parlent pas français. Un des membres de l’association, ne parlant pas la langue de son interlocuteur non plus, a dû faire l’intégralité d’un rendez-vous via Google Traduction. 簡単ではありません ! Euh pardon : pas facile !
     

    Sur-mesure

    Une membre (pas farouche) de l’association s’étant acoquiné avec un travailleur du cuir au cours d'un rendez-vous renverse accidentellement son sac qui contenait quelques préservatifs. Sans broncher, le patron grand seigneur lui a offert un range-capote en cuir. Et sur-mesure, s'il vous plaît !

    Façon sexe

    Le Petit Paumé est aussi connu pour référencer les établissements « fripons » de Lyon. De la même façon qu’un restaurateur pourrait nous offrir un café ou un verre d’eau (ou un étui à capote me diriez-vous), un gérant de club libertin a proposé à l'un de nos membres un gang bang, histoire de briser la glace bien sur.

  • Le bon mot, toujours le bon mot

    Notre guide contient des critiques qui ont un ton bien particulier, le différenciant de la plupart des autres guides de la ville. Certains adorent, d’autres détestent, et « à chaque Lyonnais son opinion après tout » nous dit encore Josiane. Les phrases de certains serveurs et gérants ne nous ont pas laissé indifférents et auraient très bien pu figurer dans notre édition 2017 :

     « Je vais vous raconter une blague : quel est le point commun entre une femme et une poubelle ? On passe la semaine à la remplir et il faut la sortir le week-end. »

    « Tu suces ? » en tendant un carambar à la fin du repas

    « Est-ce qu'on a un accès handicapé ? Bah ya quelques marches, au pire on l’porte. »

    « La wifi ? Mais qu'est ce que tu veux que je fasse avec la wifi ? La wifi c'est pour les cons. »

    En servant du vin dans un restaurant proposant des menus entre 40 et 60 euros : « Ne vous inquiétez pas, moi aussi j'y connais rien en vin, je fais semblant. »

  • On espère vous voir nombreux au lancement place Bellecour le 8 Octobre prochain. Et si vous avez des anecdotes par rapport à des restaus à Lyon, on est toujours preneurs !

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis La dure vie des testeurs du Petit Paumé - Quelques anecdotes

0 commentaire

Ecrire un commentaire