vieux_lyon - Petit Paumé

L'histoire du Vieux-Lyon

Histoire de Lyon

le 08/07/2019

Quartier emblématique de la ville, quartier touristique, quartier de vie, découvrez l’histoire du Vieux Lyon à travers les âges ! Vous verrez que celle-ci n’a pas été de tout repos.

  • Avec les romains

     

     

     

     


     

     

     

    Dès la fondation de Lugdunum en 44 avant J.C, les romains s’installent sur la colline de Fourvière et occupent la partie ouest de Lyon, la Presqu’île ainsi que la colline de la Croix-Rousse. À cette époque, la partie basse de la colline de Fourvière, l’actuel Vieux Lyon, n’est pas le centre de la ville, ce qui s’explique par les crues de la Saône. Il faut attendre le Lyon médiéval pour que le centre se déplace en bas de la colline : coincé entre Saône et Fourvière. Ces espaces sont alors occupés par des tailleurs de pierre et des céramistes qui ont besoin d’être à proximité de l’eau pour travailler. La voie principale est l’actuelle rue Tramassac.


     

     

     

     

    Saint-Georges, Saint-Jean, Saint-Paul

     

     

     

     

     

     

     

     

    C’est au Moyen-Âge que le Vieux Lyon prend sa structure actuelle avec ses trois quartiers emblématiques : Saint-Georges au sud, Saint-Jean au centre et Saint-Paul au nord. 

     

     

    L’église Saint-Paul est une des plus anciennes églises de Lyon. Elle existait déjà au IXéme siècle et sa forme actuelle date du XIIIème. À cette époque, le quartier Saint-Paul est un quartier riche, il est le centre des échanges commerciaux. C’est ici que toute les activités de change s'établissent depuis le 12ème siècle. Cette importante activité financière conduit à la construction de l’actuel Temple du Change en 1653. En 1070, le premier pont de Pierre est construit entre Saône et Presqu'île au niveau de Saint-Paul.

     

     

    Saint Jean est déjà le quartier qui accueille le haut clergé. Dès le 5ème siècle, l'évêque y est installé. En l’an 1078, l'évêque de Lyon est fait primat des Gaules par le Pape, ce qui confère une supériorité à la ville en ce qui concerne la religion en France. À ce propos, la Cathédrale Saint-Jean sera bâtie entre 1175 et 1480. Et le quartier Saint-Jean sera longtemps considéré comme le centre de la ville. 


     

    Saint-Georges au Moyen-Âge est essentiellement un quai. Devant l’importance de l’activité portuaire de Lyon, de nombreux travaux d’aménagements permettent à ce quartier d’être le point important pour gérer les bateaux qui passent sur la Saône. En 1348, le quartier est frappé par un épisode fulgurant de peste. En 1478, un hôpital y est installé, ce qui vaudra le nom à l’actuelle rue de la quarantaine. Plus tard, le quartier devient populaire et accueille les premiers tisseurs. Enfin bon à savoir : les canuts sont originaires de Saint-Georges.



     

     

     

    La renaissance

     

     

     

     

    C’est bien évidemment l’époque phare du Vieux Lyon. C’est à ce moment-là que l’on construit les traboules et que Lyon accueille les 4 grandes foires qui occupent le Vieux Lyon et ameutent un nombre de visiteurs considérable. Des banquiers ainsi que de grandes familles italiennes s’y installent comme les Gadagne qui donneront leur nom au Musée d’Histoire de la Ville. C’est l’âge d’or de Lyon et les bâtiments que l’on peut apercevoir dans le Vieux Lyon en témoignent encore.


     

     

     

     

    Le Vieux Lyon moderne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les aménagements de la ville comme la Place Bellecour (ou se fait désormais chaque année la distribution du Petit Paumé), le quartier de Perrache ou encore l’assèchement de la rive gauche du Rhône, permettent à Lyon de s’étendre vers l’Est. L’industrie de soirie se déplace à Croix-Rousse. Peu à peu, le Vieux Lyon perd de son aura. Pendant la seconde guerre mondiale, les traboules du Vieux Lyon permettent de fuir la Gestapo aisément. À la sortie de la guerre, le Vieux Lyon est un endroit délaissé, mal famé et insalubre. Dès 1960, Louis Pradel, surnommé le démolisseur (et à qui on doit l’immondice d’échangeur Perrache ou encore le tunnel de Fourvière), veut raser le Vieux Lyon. Son but est de construire une bretelle d’autoroute pour amener les voitures en centre ville. Sauvé, il est baptisé secteur sauvegardé en 1964. En 1998, le Vieux Lyon est classé au patrimoine de l’Unesco.

     

     

     

     


    Le Vieux-Lyon aujourd’hui

     

     

     

     


     

     

     

    Actuellement, le Vieux Lyon est un quartier touristique qui abrite de nombreux restaurants et bars (pour le meilleur et pour le pire). N’hésitez-donc pas à faire un tour sur notre site pour y dégoter nos meilleures adresses où manger dans le Vieux Lyon, mais aussi celles où boire un verre

     

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis L'histoire du Vieux-Lyon

0 commentaire

Ecrire un commentaire