bocuse-dor - Petit Paumé

Bocuse d'Or 2019

Divertissement

le 01/02/2019

Ce Mardi 29 et Mercredi 30 Janvier avait lieu la Finale de l’édition 2019 du Bocuse d’Or, et ça se passait à Lyon !

  • Evidemment, à peine plus d’un an après la disparition de Paul Bocuse et 6 mois après celle de Joël Robuchon, cette édition du Bocuse d’Or était empreinte d’une forte émotion. La disparition des deux « chefs du siècle » (d’après Gault et Millau) a bouleversé le monde de la gastronomie. Et il est aujourd’hui remarquable de voir à quel point leur héritage transcende les générations.

     

     

    Cette année, les 24 chefs – d’autant de pays différents – et leur équipe ont dû réaliser deux chartreuses de 8 portions chacune. Les chartreuses sont des plats moulés en dôme par couches et dont les couleurs alternent. On la cuit au bain-marie et on la sert chaude, une fois démoulée. Les chefs avaient pour consigne de composer leur œuvre à 50% de produits végétaux, et de la farcir d’un ragoût de noix de Saint-Jacques, huitres, coques et moules.

     

     

    chartreuse végétale

     

     

    Comme vous pouvez le constater, le dressage n’était pas laissé au hasard. Larges d’un diamètre ne dépassant pas les 20 centimètres, les plats servis au jury étaient tout simplement splendides.

     

     

     

    Chistian Têtedoie chartreuse

     

     

    Le comité d’organisation demandait également une pièce de viande très classique : un carré de veau sous la mère, cinq côtes premières. Un retour aux valeurs sûres de la cuisine française autour de la viande : transformer une pièce de viande classique en un chef d’œuvre culinaire.

     

     

    plat bocuse d'or

     

     

    Tour à tour, les pays participants étaient aux fourneaux, donnant le meilleur d’eux-mêmes pendant un temps bien défini. Les chefs d’œuvres, dressés avec minutie, étaient présentés devant le jury avant qu’ils ne soient découpés puis à nouveau dressés en assiettes. Durant ce laps de temps, le jury dégustait le plat des compétiteurs précédents.

     

    Dans la salle, aucun doute sur le caractère international de la compétition : le speaker français s’efforçait de ne pas bafouiller son anglais, et les journalistes aux diverses nationalités se bousculaient pour photographier les plats. Dans les tribunes, les supporters japonais, suédois et belges faisaient plus de bruit que le Chaudron les jours de derby.

     

     

    supporters tribunes bocuse d'or

     

     

     

    Cette année, le comité d’organisation a réalisé de beaux efforts d’intégration afin que le concours représente au mieux la gastronomie mondiale. Et pour la première fois, des pays africains sont entrés dans la compétition !

    En revanche, la Petite Paumée fut surprise de n’apercevoir qu’une seule chef parmi les 24 membres du jury, et à peine deux aux fourneaux lors de la finale. Nous espérons que les efforts seront poursuivis sur la bonne voie !

     

    Le moment tant attendu est finalement arrivé. Le Danemark et le chef Kenneth Toft-Hansen repartiront avec le trophée du Bocuse d’Or 2019 ! Quant à la Suède, la Norvège et la Finlande, il ne leur manquait pas grand-chose. La nation la plus titrée de la compétition (7 titres), la France, finit 6ème. Mais elle remporte le prix de la plus belle assiette ! 

     

     

    team france bocuse d'or

     

     

    Pour conclure, le SIRHA comme le Bocuse d’Or se sont déroulés entre tradition et modernité. Une dynamique qui n’est pas sans rappeler l’œuvre de Paul Bocuse.  

Vous souhaitez
découvrir tous nos articles ?

Voir toutes les actualites

S'abonner à la newsletter du petit paumé

Connecte toi à ton compte pour laisser un commentaire <3

Avis Bocuse d'Or 2019

0 commentaire

Ecrire un commentaire